Le substitut nicotinique fait parti des méthodes pour arrêter de fumer les plus connues.
Le principe est de diffuser de la nicotine dans le corps, en diminuant progressivement le dosage afin que l’organisme du sujet se « purge » de la nicotine sans trop ressentir d’effet de manque.
La nicotine est absorbée de différentes manières par l’organisme selon le substitut nicotinique choisi.


Les modes de diffusion de la nicotine

Tout d’abord, le patch anti tabac. Appelé également « timbre transdermique », il diffuse la nicotine par la peau.
Il est le plus classique des substituts nicotiniques.
Prudence aux peaux sensibles, il est possibles que des rougeurs ou irritations apparaissent au contact du patch, il faut penser à le changer de partie du corps au fur et à mesure du traitement.
Les fumeurs réguliers auront plus d’intérêts à l’utiliser que les fumeurs occasionnels car la nicotine est diffuser tout au long de la journée (surtout les 6 premières heures).

Tout comme le patch, le spray nasal est conseillé pour les fumeurs réguliers et même plutôt pour les « gros » fumeurs.
D’ailleurs, il est le seul substitut nicotinique à être vendu uniquement sous ordonnance.
L’apport de nicotine est immédiat.

Ensuite, les pastilles à sucer, ou celles à laisser fondre ou encore les gommes à mâcher sont souvent conseillées aux fumeurs occasionnels ou en complément d’un autre substitut nicotinique (sous conseil du médecin ou pharmacien).
La diffusion se fait pendant que l’on consomme le produit. Il permet de palier à la sensation de manque.

Pour combler le manque du geste: l’inhaleur a vu le jour.
Se présentant sous la forme d’un porte cigarette, on insère une cartouche de nicotine et on aspire dans l’appareil, à la manière d’une cigarette.

Qui est concerné par le substitut nicotinique ?


En règle générale, le substitut nicotinique est réservé à toutes personnes réellement décidées à arrêter de fumer.
Car le manque physique est comblé en partie, mais pas le manque psychologique. Il ne faut donc pas avoir trop de doutes au démarrage du programme.
A moins de s’armer d’une méthode complémentaire comme l’homéopathie, l’acupuncture, ou encore l’hypnose…etc.
Que l’on soit fumeur occasionnel ou régulier, qu’elle que soit la consommation quotidienne de cigarettes, le substitut nicotinique peut être utile à tous, à condition de choisir la bonne forme et le bon dosage.
Votre médecin ou même votre pharmacien va vous aider à faire ce choix.
Le seul bémol que nous pourrions ajouter est le manque d’efficacité sur les femmes, selon différentes études, la femme ressent un manque plus complexe, la psychologie étant en cause.

L’important est de ne pas se décourager quoi qu’il advienne malgré les difficultés, la possible sensation de manque ou même l’échec.
Il existe de nombreuses méthodes pour arrêter de fumer qui ont toutes prouvées leur efficacité.
Il y a toujours une méthode correspondant au besoin de chacun.

A voir en complément …