La Scutellaire est une plante originaire d’Amérique du Nord, en Europe, on la trouve sur les berges des rivières, du moins à l’état naturel.
On l’appelle aussi scutellaire latériflore mais son nom botanique est Scutellaria lateriflora.
On cultive et utilise les parties dites « aériennes » en phytothérapie notamment.

On cible plutôt son utilisation pour régler l’anxiété, la nervosité mais aussi les symptômes de


changements d’humeur ou de mal-être pré-menstruels.

Mais ses actifs sont aussi utiles en tabacologie.
En effet, grâce aux vertus de la Scutellaire, on peut permettre au fumeur en sevrage de se désintoxiquer sans excès de nervosité ou de stress.
Pour rappel, cet état est lié à l’état de manque ressenti les premières semaines de sevrage.
Mais surtout, ses actifs permettraient de stimuler la production d’endorphines, c’est à dire les hormones activées par un processus provoqué par la nicotine.
Et n’oublions pas que par ce procédé la Nicotine fait ressentir au fumeur une sensation de Bien-Être.On pourrait donc compenser l’action de la nicotine par celle du composé de la Scutellaire.

Les plantes sont un moyen efficace pour le sevrage tabagique.
Pour donner quelques exemples,en plus de la Scutellaire, le Millepertuis permet de ressentir moins de nervosité et de changements d’humeur en sevrage tabagique.
L’actee a grappe noire est conseillé pour réguler la nervosité et le Lobélia a été mis en avant lors d’une étude, pour ses possibles utilisations en tant que substitut nicotinique naturel, sans effet d’accoutumance.

La Scutellaire se consomme de plusieurs manières: que ce soit en tisanes ou en gélules / capsules, mais aussi en tant qu’extrait liquide, il y en a pour toutes les convenances.
C’est pourquoi, si on n’a pas l’habitude de manipuler les plantes, il vaut mieux opter pour des

préparations, car le dosage est important pour l’efficacité.

Pensez-vous avoir été suffisamment renseigné sur la Scutellaire ?