L’ Hysope est une plante-arbuste. Son nom savant est Hyssopus officinalis.
On la trouve dans les régions aux climats avoisinants celui de la garrigue.
A l’origine, elle provient d’Afrique du Nord, et d’Asie occidentale ainsi que d’Europe méridionale, mais on


l’a naturalisée en Europe et aux États-Unis.
Elle est considérée comme une « plante à sorcières » car elle est utile et dangereuse à la fois. Mais ses vertus médicinales sont reconnues depuis des siècles. Elle est alors appelée Hysope officinale.
En phytothérapie, on utilise ses sommités fleurales, mais ses feuilles et ses tiges sont autrement utilisés.

Vertus médicinales principales de l’Hysope

Ses vertus principales sont de décongestionner, de dégager les voies respiratoires, de calmer la toux (grasse pas sèche).
Elle est très utile pour les voies respiratoires, elle soulage les asthmatiques et est reconnue pour cela depuis bien longtemps.
Elle permet donc de traiter les bronchites, les infections pulmonaires…etc, par ses vertus expectorantes.

L’ Hysope permet également de retrouver l’appétit, et elle calme les flatulences, en règle générale son action s’étend aux digestions difficiles ou trop lente.

Elle a des propriétés cicatrisantes, on la verra utilisée pour soigner les dermaties, les eczémas ou encore les coups.

L’Hysope intervient dans l’arrêt du tabac

Enfin, le pouvoir de l’ Hysope s’étend au sevrage tabagique.
Dans un premier temps, on apprécie ses vertus légèrement sédatives.
Puis on rapporte qu’elle permettrait au fumeur se sevrant de se désintoxiquer plus rapidement des substances dont il est dépendant telle que la nicotine, et même du goudron.
Elle agira aussi sur la toux du fumeur qui surgit souvent dans les premiers jours d’arrêt du tabac. Ce qui est une réaction du corps tout à fait naturelle.

On la retrouve dans plusieurs préparations naturelles.

Attention !

Mais attention, des précautions sont à prendre avec l’Hysope.
Tout d’abord, elle est déconseillée aux épileptiques pour ses actifs stimulant le système nerveux entre autres. A part indication contraire par un médecin, de par un dosage tout à fait anodin, on déconseille de donner l’Hysope aux enfants.

Bien sûr, on trouve l’Hysope pour la préparation culinaire en tant qu’aromate, mais le dosage, l’absorption et le type est différent.
C’est pourquoi on ne conseillera jamais assez de prendre conseil auprès d’un spécialiste en phytothérapie, ou un herboriste pour consommer utilement les plantes, qui ont tant à nous apporter.


L’Hysope vous est elle commune ? Ou ignoriez-vous ses bienfaits ? Avez-vous été suffisamment renseigné avec cet article ? Ou souhaitez-vous d’autres informations ?