Les signes du manque et le combat contre l’envie de fumer

Causé par la baisse brutale de la quantité de nicotine dans l’organisme en comparaison du seuil auquel le fumeur a pu s’habituer, le syndrôme du manque peut s’avérer désagréable, voire insupportable chez le fumeur.

Lorsque le fumeur est en manque, le syndrôme se caractérise selon diverses manifestations, différentes selon l’individu concerné.
Souvent dissociés les uns des autres, ces symptômes résultent en de fortes pulsions à fumer, de l’irritabilité, de la nervosité, de l’agitation et de l’anxiété, mais aussi des perturbations du sommeil et une humeur dépressive. Troubles de la concentration intellectuelle et augmentation de l’appétit ou constipation ont également été rapportés.

Si elle peut être forte et fréquente, une pulsion à fumer ne dure jamais très longtemps. Revenant et disparaissant par vagues, elles diminuent progressivement dans une démarche d’arrêt de la cigarette.

Pour combattre l’envie de fumer, les substituts nicotiniques, médicaments à base de nicotine vendus en pharmacie sans ordonnance, s’avèrent des plus efficaces.
Gommes à mâcher, inhalateurs, comprimés à sucer ou à faire fondre sous la langue ou patchs se révéleront d’une aide précieuse dans ce combat de longue haleine.

Lorsque l’on arrête de fumer, il est tout autant important de supprimer de son environnement tout objet en rapport avec la cigarette, qu’il s’agisse par exemple de briquets ou de cendriers.
De même, il est nécessaire de limiter le contact avec la fumée de cigarette et d’opter par exemple pour le coté « non-fumeur » de son restaurant préféré… Il reste alors impératif de gager d’une certaine confiance en soi et de se convaincre qu’il est possible et vital de dire stop à la cigarette.

Avez-vous déjà pris la décision d’arrêter de fumer? Si oui, que faîtes vous pour combattre l’envie de fumer? Partagez votre expérience avec nous via l’espace commentaire qui vous est dédié 🙂