Lorsqu’on arrete la cigarette on opte pour des méthodes naturelles et/ou chimiques.
Comme nous le disions précedemment la phytothérapie et l’homéopathie peuvent offrir des réponses

au sevrage tabagique, mais en général on propose pour les « gros » fumeurs une autre méthode de base complétée par la phytothérapie et l Homeopathie.

Surement le plus connu des traitements pour qu’on arrete la cigarette : le substitut nicotinique. Il a une action directe qui compense la nicotine, il est une référence car on l’utilise depuis des décennies.
Auparavant, le patch anti tabac était unique, mais aujourd’hui, on le connait sous différentes formes qui permettent à tous d’adapter les besoins en nicotine, notamment selon leur consommation habituelle de cigarettes.
Le petit dernier est l’inhaleur, plus en complément qu’en traitement unique, sauf pour les fumeurs très modérés, et bien sûr, sous différents formats et même arômes, la gomme a macher ou chewing gum aussi connu que les pastilles à sucer, ils sont pratiques et peuvent soulager l’ex-fumeur, n’importe où, de l’effet de manque assez commun les premières semaines lorsqu’on arrete la cigarette.

De nouveau dans la tendance, les médicaments pour qu’on arrete la cigarette pour de bon, sont très en vogue. Le Zyban, utilisé depuis de nombreuses années, ne prouvant pas une efficacité remarquable dans le temps, on a mis au point le Champix, spécialement comme traitement de sevrage tabagique, a contrario du Zyban qui était utilisé pour cesser de fumer suite à un constat hasardeux, à la base, le Zyban n’était un médicament anti-dépresseur.

Les méthodes dites alternatives et modernes (uniquement parce qu’en Europe elles sont au goût du jour) on a souligné depuis quelques années l’efficacité de l’acupuncture, pas besoin d’avaler quoi que ce soit, mais plusieurs séances chez un praticien.
Pour ceux et celles qui ne seraient pas tentés par les aiguilles, l’Hypnose est une alternative de plus en plus utilisée. Cette méthode permet au sujet qui arrete de fumer de se sevrer naturellement, jouant sur la conviction de l’inconscient et de la conscience du sujet pour stopper l’attachement au fait de fumer qui est en chaque fumeur.
Une des possibilité est l’auto-hypnose qui permet de ne pas avoir à chercher un cabinet spécialisé et de devoir se déplacer.
Afin de pallier à un manque physique possible, il est possible d’utiliser une méthode complémentaire, par exemple, quelques gélules homéopathiques ou de phytothérapie.

Autres articles sur le sujet ICI